Pages

jeudi 31 octobre 2013

Les petits plats découvrent le pays du Kouglof

Rendez-vous sur Hellocoton !
Nous avons profité de la première semaine de vacances scolaires pour partir à la découverte de l'Alsace en famille.

Nous connaissions déjà la Volerie des Aigles et le Château du Haut-Koenigsbourg pour nous y être arrêtés au retour de nos vacances d'été, il y a une année. Mais les "petits plats" avaient tellement aimé le coin que nous avons décidé de leur faire la surprise d'y retourner une seconde fois.

Nous avons séjourné dans la région du Grand Ried, entre Strasbourg et Colmar. Une location trouvée sur Abritel, que je ne vous conseillerais pas (pas toujours facile de loger une famille nombreuse à des prix raisonnables ...), mais idéalement située pour rayonner entre le Bas et le Haut-Rhin.

Comme d'habitude, nous avons alterné activités pour les enfants et visites pour les parents. Il n'y a pas de raisons pour que nous ne profitions pas, nous aussi, de nos vacances ^__^

Mention spéciale pour Le Vaisseau à Strasbourg, un peu à l'image de la Cité des enfants à Paris. Les "petits plats" se sont éclatés pendant plus de 3 heures, même si, vacances scolaires obligent, l'endroit était un peu bondé (nous parents avons pas mal transpiré à force de leur courir après ...).

Visite réussie également au Musée du Jouet à Colmar, pas tant pour les collections permanentes qui n'ont pas tellement intéressées les "petits plats" (ils n'ont sûrement pas encore l'âge adéquat pour comprendre/appréhender l'évolution des jeux depuis une ou deux générations), que pour l'exposition temporaire intitulée "Les figurines playmobils font leur cinéma".

Le principe : des scènes de films connus, reconstituées avec des Playmobils. Il était une fois dans l'Ouest, Jurassic ParkPirates des Caraïbes, etc ont captivé mes fans de Playmobils qui sont restés scotchés de longues minutes devant les vitrines pour observer toute les mises en scènes, chercher les petits détails. Même sans connaître aucun des films présentés ^__^.

Sauras-tu, ami(e) lecteur/trice deviner de quel film il s'agit ?

Un must aussi, notre journée à Europapark. Fatiguante car il faut une attention de tous les instants pour ne pas perdre des "petits plats" surexcités. Intense avec 4 enfants quand il s'agit de satisfaire tout le monde et que tous ne peuvent pas faire les mêmes attractions pour une question de taille ou d'âge. Ajoutez à cela que les enfants jusqu'à 8 ans doivent, dans la majorité des cas, être accompagnés d'un adulte, la situation était parfois explosive. Heureusement, nous avons retrouvé des amis sur place, ce qui nous beaucoup aidé pour que tout le monde y trouve son compte.

video

Et puis, je l'avoue, je me suis beaucoup amusée aussi ... Moi qui pensait ne plus pouvoir monter sur une attraction à sensation depuis la naissance de mes enfants (allez savoir pourquoi, on a peur pour tout dès qu'on devient maman), j'avais décidé de prendre sur moi pour accompagner M. sur celles qu'il pouvait faire du haut de son statut d'aîné.

Et finalement, si on fait abstraction des hurlements que j'ai poussés (mais je n'étais pas la seule, hein), de mes yeux qui étaient plus souvent fermés qu'ouverts, je me suis éclatée ! Au point d'ailleurs de faire plusieurs fois les mêmes manèges. Bon, pour dire toute la vérité, M. était encore trop petit pour les attractions-de-la-mort-qui-tue-que-tu-as-peur-rien-qu'en-entendant-les-gens-hurler. Oufffffff ...

Bref, un bon, un très bon moment à 6. J'ai une vraie préférence pour ce parc d'attraction par rapport à Eurodisney, parce qu'il est accessible pour toute la famille, dès le plus jeune âge, qu'il est bien pensé, que la thématique des pays européens me plaît beaucoup (même si c'est souvent réducteur et plein de stéréotypes - je n'en pouvais plus du yodle dans les attractions suisses ^__^).

Nous, parents, avons beaucoup aimé Colmar (il faut que j'y retourne pour faire du shopping !!!) et Riquewihr, deux endroits à l'architecture tellement magnifique. Il y règne une ambiance spéciale qui doit être encore plus magique lors des marchés de Noël. Et le vin n'y est pas mal du tout (uh, uh …).

Riquewir. Les couleurs de l'automne étaient fabuleuses

Côté flop, je dois quand même mentionner notre croisière à Strasbourg. J'imaginais que ce serait une  façon agréable et ludique de découvrir la ville, ce d'autant plus que j'avais lu qu'il y avait des commentaires pour les enfants. Ben, comment dire ... C'était trop long (1h10), tout en passant deux fois aux mêmes endroits et la soit-disant présentation pour les enfants ne durait que 15 minutes sur l'ensemble du parcours. Les "petits plats" ont été choux comme tout, mais ils se sont ennuyés et ont perdu leur concentration/attention très rapidement. Si je devais quand même trouver un point positif, c'est le rabais famille nombreuse de 15% pas désagréable par les temps qui courent (et trop rare - voir inexistant - chez moi en Suisse). Ça mérite quand même d'être relevé.

En résumé, de chouettes vacances, sous le soleil, dans une bien belle région, avec des activités pour les petits, mais aussi pour les grands. Et qui font répéter à N., 3 ans, en boucle depuis notre retour : "Maman, on retourne à Europapark demain ? Allez, ze veux !"

mardi 29 octobre 2013

Des fois qu'on dormirait trop

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand tu es nullipare, le changement d'heure ce fait finger in the nose ou presque.

Celui du printemps ne te pose pas beaucoup de problème : une heure de plus ou de moins ne change pas grand chose dans ton rythme de vie.

Tu apprécies par contre particulièrement celui d'automne qui te fait gagner une heure, enfouie sous la couette ou en faisant la fête avec les copains.

Mais, dès que tu deviens parent, la donne change passablement. Tu réalises (au dernier moment, en général) que tu risques encore de perdre une précieuse heure de sommeil et qu'il y a de fortes probabilités pour que la prunelle de tes yeux fasse peu de cas de cette mesure destinée, semble-t-il, à économiser de l'énergie.

Selon une récente étude, les parents d'un tout petit bébé perdraient, en moyenne, 44 jours de sommeil, pendant la première année. 6 semaines ! Alors, une heure de moins (parfois plus), ça n'est pas rien.

Si, si, je vous l'assure, dans mon cas, en tout cas !

Parce que, si mes calculs sont bons (les mathématiques n'étant pas - de loin - ma spécialité), il me manque 176 jours de sommeil, soit un peu plus de 25 semaines, depuis la naissance des "petits plats". Presque une demi année ...

Donc, mon heure de sommeil, j'y tiens. Mordicus.

Et si, par malheur, ce fameux changement d'heure, intervient en plein milieu des vacances scolaires ou presque pile-poil au moment où ta petite dernière commençait à passer des nuits acceptables (c'est-à-dire ne plus se réveiller à 5h30 le matin), tu l'as un peu beaucoup saumâtre ...

Et toutes tentatives pour décaler (progressivement ou pas) l'heure du coucher, ce sont, naturellement, soldées par un fiasco total. On ne manipule pas les "petits plats" si facilement ^__^

Ce matin, diane à 5h30 pour mistinguette L. (ahem).

M'en vais lancer un nouveau concept de vacances sympas ... D'autres parents seront peut-être intéressés ?

lundi 21 octobre 2013

Time off

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le dessin de M. : sauf que - comment dire - nous ne prenons pas l'avion,
n'allons pas au bord de la mer, ni au soleil. J'espère qu'il ne sera pas déçu (ahem)

Le blog se met en pause une petite semaine, le temps pour moi de retrouver ma famille au complet, sans horaire, sans contrainte, loin du train-train quotidien, tous les 6, ensemble, en vacances.


N'hésitez pas à me suivre sur Instagram et Facebook, je doute que je puisse déconnecter complètement.

Je vous retrouve avec plaisir après cette courte pause.

Et d'ici là, have fun and keep cool ^__^

vendredi 18 octobre 2013

De l'intérêt de fermer portes et placards

Rendez-vous sur Hellocoton !
Se tenir au courant de la marche du monde ...

Mademoiselle L. marche donc depuis un peu plus d'un mois. Elle a pris de l'assurance, même beaucoup  trop pour être honnête. Revers de la médaille, c'est un vrai bulldozer qui démonte tout sur son passage.

Ceci découlant de cela, nous avons découvert les avantages d'avoir des portes et (c'est encore mieux) de les fermer.


Passage en revue des derniers "exploits" en date de Mistinguette quand, par malheur, il y a une brèche et qu'elle s'y engouffre : 


- profiter d'un placard ouvert, s'emparer d'un sachet de cacao et l'agiter dans la cuisine : ✔

- faire de même avec un pot de miel (la consistance n'est pas la même, mais c'est aussi très amusant) : ✔.
- admirer un de ses frères assis sur le trône et y balancer un jouet, alors que le dit trône est déjà rempli (ça ne serait pas drôle sinon) : ✔.
- faire un jeu de piste avec le papier de toilette : ✔.
- lécher le bloc WC vide trouvé dans la poubelle (beuuuuuuuuurk) : ✔.
- démonter (dans tous les sens du terme) l'armoire de la salle de bain : ✔.
- vider le tube de dentifrice dans le couloir : ✔.
- mettre en miettes le journal de papa "petit plat" : ✔.
- s'emparer dès que possible des chaussures de ses frères et les éparpiller dans la maison, sans qu'on puisse parfois les retrouver (et regarder maman s'énerver quand il faut partir à l'école et qu'on est à la bourre) : ✔
- monter seule les 15 marches d'escaliers menant à l'étage pour aller mettre de "l'ordre" dans la chambre des ses parents : ✔
- grimper sur une chaise haute (et en tomber avant que quelqu'un puisse intervenir) : ✔.
- attraper un feutre et repeindre un mur du salon : ✔.
- vider tous les rayons accessibles de la bibliothèque (2 rangées sur 4 mètres environ) : ✔.
- goûter un verre de terre (re-beuuuuuuurk) pendant que maman met ses souliers : ✔.

Tout ceci en un peu moins d'un mois...


Les apparences sont trompeuses, je sais, mais je vous garantie que je ne la laisse pas des heures sans surveillance ! Je n'ose imaginer si c'était le cas. Vous noterez au passage une préférence manifeste pour les salles-de-bain : tirez-en les conclusions que vous voudrez ...

L'avantage, c'est que ça me permet de faire du sport (vous vous souvenez, c'était l'un de mes prochains objectifs !), la maison est nickel (ou pas - rapport au désordre de Mademoiselle) à force de vider puis ranger les placards (et les nettoyer accessoirement quand c'est nécessaire).


Je n'ai naturellement que ça à faire ^__^




mercredi 16 octobre 2013

Une question de style

Rendez-vous sur Hellocoton !
Je ne suis pas une blogueuse mode et c'est mieux pour tout le monde ^__^

J'admire souvent mes amies, mes connaissances, mais je n'ai jamais su me trouver des vêtements qui me donneraient ce petit truc en plus. Et le shopping n'est clairement pas ma tasse thé. Combien de fois suis-je revenue les mains vides car j'avais l'impression que rien ne m'allait ou que je ne savais pas assortir deux pièces ensemble.

Idem pour l'attention apportée à personne et le temps que je passe à prendre soin de moi. C'est souvent fait à la va-vite, si je m'accorde 10 minutes le matin pour sauver les apparences, c'est un grand maximum (la douche n'est pas comptée, hein ^__^). Pas de massage, d'esthéticienne ou que sais-je (je me sens sur une autre planète, parfois).

Et puis, depuis la naissance de L., mais aussi depuis que je traîne sur la bloguospère, que je lis des comparatifs, des tests, j'ai soudainement eu envie de me (re)prendre en main. Quel exemple allais-je donner à ma petite nana ?

Comme je pars de très loin, qu'il y a pas mal de travail (à mon humble avis, mais on me dit souvent que j'exagère ...), j'ai décidé de prendre une chose après l'autre.

Premier objectif, après 4 grossesses : mon dressing qui a triste mine. Triste par son contenu, mais également pas les coloris qui le composent. Du noir, du gris en majorité. L'impression de ne porter que des choses passe-partout qui me permettent d'être le plus transparente possible. Des tailles qui ne me vont malheureusement plus non plus, la faute aux quelques kilos qui se sont posés ici et là. Des vêtements que je n'arrive pas à me résoudre à donner, pensant bêtement pouvoir les remettre un jour (oui, là, clairement, je rêve).

Après avoir attaqué le problème à la racine et effectué un tri drastique, force a été de constater que, quand on n'a ni le temps, ni le compte en banque qui permettraient de se faire relooker par Cristina (ahem, toujours des références de haut niveau ...), qu'on part de presque zéro niveau goût vestimentaire, le chemin peut sembler long avant d'arriver à un semblant de résultat.

Et c'est là qu'est intervenu mon nouveau meilleur ami dans bien des domaines (même si certaines mauvaises langues prétendent que j'y passe un peu trop de temps ^__^), j'ai nommé Pinterest ! Plus besoin, je pense, de présenter ce réseau social qui a l'allure d'un gigantesque panneau d'affichage sur lequel on épingle des idées, des inspirations que l'on trouve sur le net.




J'ai donc créé un nouveau tableau intitulé "look" et je suis partie à la pêche aux bonnes idées. Assez rapidement, j'ai cerné un style qui me plaisait, que je me sentais capable de porter et d'assumer et que, surtout, je serais à même de recréer, sans me ruiner dans les boutiques de luxe. Un style compatible aussi avec ma vie de maman, trépidante et stressante (exit donc hauts talons, jupes cintrées et cie).


L'avantage ?

J'entre dans une boutique, j'accède à ma page Pinterest depuis mon smartphone et je visualise les tenues, ensembles, sacs, chaussures, accessoires qui ont retenus mon attention. Je jette ensuite tranquillement un coup d'oeil pour voir si je trouve quelque chose qui s'en approche. Même avec L. dans les bras, je fais donc du shopping finger in the nose et je vous garanti, c'est un exploit ! C'est encore plus facile lorsque je commande en ligne : deux pages ouvertes en parallèle et roule Raoul.

Et grâce à ce soutien virtuel, je suis enfin munie de hauts et de bas coordonnés, que je peux combiner avec d'autres pièces et qui donnent l'impression que j'ai un look un peu plus abouti. Bon, il y a encore du travail, mais mes derniers achats donneraient de l'espoir à n'importe quelle relookeuse ^__^

Prochaine étape ? Me remettre au sport après (trop la honte de l'avouer ...) presque 8 ans d'arrêt. Et changer de tête, aussi. Et encore plein d'autres choses.

To be continued ...

lundi 14 octobre 2013

Après les voitures, voici les avions (Planes)

Rendez-vous sur Hellocoton !
En tant que parents d'enfants en bas âge, il faudrait vivre sur une île déserte pour espérer passer entre les mailles du savant marketing annonçant le dernier-né des studios Disney : Planes.

Nous n'avons pas échappé à la règle et, privilégiés, nous avons pu assister à l'avant-première par un dimanche matin pluvieux (ça tombait bien, tient !).

Donc, après les voitures, les avions puisque l'action se situe au-dessus du monde de Cars.

Je ne vais pas vous faire l'affront de vous détailler le scénario, vous avez sans doute dû/pu le lire ailleurs.

Par contre, vous donnez mon avis de maman, ça, je peux ^__^

1 ° Je suis allée au cinéma avec les trois "petits plats" les plus âgés. Je me suis clairement interrogée sur le bien-fondé de prendre N., 3 ans, avec nous, car le film est conseillé à partir de 6 ans. Et puis, à force d'être soumise à la torture des sourires enjôleurs, des yeux doux et après avoir cherché des avis sur Internet, je l'ai emmené à ce qui devait être son premier film/dessin-animé sur grand écran.

Au final, tout s'est bien déroulé. Tout au plus a-t-il été surpris, au début, par le volume sonore (mais tous mes enfants ont eu cette réaction la première fois). Une seule scène a nécessité mon intervention (comprenez lui mettre la main devant les yeux en écartant les doigts pour qu'il regarde au-travers ^__^).

Et Monsieur n'était que fierté le lendemain en racontant à sa maîtresse ce qu'il avait fait.

2° Le film, en lui-même, est sans surprise, à mon goût d'adulte. C'est du Cars revu au goût aérien. J'ai toutefois franchement adoré la musique qui a un petit côté épique, juste ce qu'il faut pour me donner des frissons à tous les coups (eh avoir les yeux humides aussi, ahem).


Les "petits plats", eux, ont A-D-O-R-E et c'est peu dire. Petite précision : ils sont très bon public, car nous regardons assez peu la télévision. Chaque projection est donc un moment spécial. De plus, ce sont des petits boys et je pense que le film, tout comme Cars, est plus destiné à un public "garçon". 

Si comme nous, vous êtes une famille à composante majoritairement masculine, préparez-vous donc à le voir en boucle lorsqu'il sortira en DVD. Après les dialogues de Cars, vous saurez donc également ceux de Planes par coeur.

3° Comme tout bon Disney qui se respecte, l'aspect "moralisateur" est bien présent. Ici, Dusty, le petit avion épandeur (pensez à expliquer ce qu'est un avion épandeur avant d'aller voir le film au risque de devoir le faire pendant la projection ...) doit oser réaliser son rêve de participer à une grande course à travers le monde. Il aide les autres, sans tricher et sans toujours penser à la victoire. Et son attitude positive sera récompensée. En gros, hein.

4° Contrairement à Cars, il y a quand même quelques aspects qui m'ont dérangés. Le côté militaire, avec référence à la Seconde Guerre mondiale et le porte-avion, a suscité beaucoup de questionnements chez nous. On sent un côté patriotique yankee qui n'est pas à portée des enfants. Cars se déroulait certes dans un monde sportif très américain, mais le milieu était relativement neutre, contrairement à cet opus, plus engagé historiquement, à mon sens. 

En résumé (je tartine, comme souvent), ce film d'animation a été vu et approuvé par 3 petits mecs de 7, 5 et 3 ans. Adopté également puisqu'ils se sont immédiatement plongés dans des jeux de rôles en rapport avec ce qu'ils avaient vu et que le premier petit héros métallique a fait son apparition dans notre foyer (arghhhhh, je suis un être faible - le marketing aura raison de moi ^__^).



Un bon plan pour les vacances de la Toussaint, avec quelques explications préalables et un petit debriefing (à mon sens, mais j'ai tendance à toujours trop analyser - déformation professionnelle quand tu nous tiens).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...